Articles

Comment devenir ingénieur au Maroc?

Comment devenir ingénieur au Maroc

Le gouvernement marocain s’est inscrit depuis 2006 à augmenter les effectifs formés par année des ingénieurs et leurs assimilés pour atteindre les 10.000 à l’horizon 2010. Objectif dépassé de 14% en 2010, les autorités compétentes ont immédiatement remis le cap vers 15.000 en 2015 et au moins 25.000 en 2020.

Certes les métiers de l’ingénieur ont connu, au Maroc comme par ailleurs, de drastiques tournures depuis le début du 21 siècle. Pourtant le Titre Ingénieur continue de garder sa luisance chez les jeunes marocains. Ils  se demandent de plus en plus sur comment peuvent-ils réaliser ce rêve d’enfance.

Un rêve qui passe rapidement pour un défi d’ascension vers ce tremplin censé garantir, d’une part la reconnaissance de l’excellence de leurs profils et de l’autre part, un statut social à la hauteur de leurs ambitions.

Sur cet article, nous étalons une panoplie d’informations qui répondent aux larges questions que peut se poser toute personne intéressée par la formation d’ingénieur[1] au Maroc.  Vous pouvez consulter chacune de ses parties distinctement en navigant sur ce plan :

  1. Normalisation de la formation des ingénieurs au Maroc
  2. Etablissements de la formation des ingénieurs au Maroc
  3. Cursus de formation des ingénieurs au Maroc
  4. Accès au Cycle d’ingénieur

Normalisation de la formation des ingénieurs au Maroc

La formation des ingénieurs au Maroc est normalisée par le Cahier des Normes Pédagogiques Nationales du Cycle Ingénieur (CNPN- CI) adopté en 2014 par la Commission Nationale de la Coordination de l’Enseignement Supérieur (CNCES).

Cette commission, que la majorité découvrira pour la première fois, a été créée par le dahir n° 1-00-199 du 15 safar 1421 (19 mai 2000) pour être l’instance de régulation de l’enseignement supérieur au Maroc. Ainsi, elle compte parmi ses attributions :

  • La formulation d’avis sur la création des universités et/ou de tout autre établissement d’enseignement supérieur public ou privé ;
  • La formulation d’avis sur les demandes d’accréditation des filières ;
  • La détermination des critères et des mécanismes de validation réciproque des programmes d’études et de leur accréditation ;
  • La coordination des critères d’admission et d’inscription des étudiants dans les différents cycles, ainsi que les normes de l’évaluation continue, des examens, de soutenance et d’acceptation des recherches scientifiques ;

Le respect des clauses du CNPN-CI est obligatoire pour tous les établissements de l’enseignement supérieur, publics ou privés ou naissant d’un Partenariat Public-Privé (PPP), qui souhaitent couronner leurs cursus de formation par la délivrance d’un diplôme d’ingénieur d’Etat (I.E). A contrario, ils risquent de voir l’accréditation de leurs filières retirée. Retour en haut

Etablissements de formation des ingénieurs au Maroc

  • Etablissements de formation en chiffres

A l’ouverture de l’année scolaire 2019-2020, ils étaient 51 établissements de l’enseignement supérieur autorisés à délivrer le diplôme d’Ingénieurs d’Etat au Maroc. Ils sont répartis comme suit :

    • 37 établissements publics, dont 12 ENSA et 8 FST ;
    • 02 établissements militaires (ERA et ERN) ;
    • 03 établissements issus d’un PPP : ECC, ESGB et INSA ;
    • 09 établissements privés accrédités à partir de 2016-2017 : UIR, UIC, UPM, UPA, UPF, EMSI, ESTEM, IGA et EMG.
  • Les organismes de tutelles

La tutelle de ces établissements peut prendre une des formes suivantes :

  • Une tutelle exclusive du ministère de l’enseignement supérieur (MES) comme est le cas des établissements universitaires : ENSA, ENSIAS, ENSEM, FST, …, etc.
  • Une cotutelle dont le rôle du MES devient purement pédagogique et c’est le cas d’établissements relevant :
        • d’autres ministères : EHTP, ENIM, IAV, …, etc.
        • d’établissements publics : INSEA, INPT, ESITH, AIAC …, etc.
        • de structures militaires : ERA et ERN.
        • du secteur privé ou d’un PPP.

      Retour en haut

Cursus de formation des ingénieurs au Maroc

Le CNPN-CI définit le Cycle Ingénieur étant un cursus de formation sanctionné par un diplôme « d’ingénieur d’Etat » et qui s’étale sur 6 semestres. Chaque semestre dure, hors stages, entre 16 à 18 semaines d’enseignement et d’évaluation et dispense en présentiel de 6 à 8 modules. Le volume horaire global de chacun de ces derniers ne doit être inférieur à 384 heures.

La spécialisation de la formation se fait à la base des filières mise en place par les établissements d’enseignement supérieur suite à leurs accréditations par les autorités de tutelle.

Ainsi, chaque filière ingénieur est contrainte de comprendre un ensemble cohérent de modules (de 30 à 40 répartis sur cinq semestres + PFE en 6ème semestre) organisés selon ces trois blocs de modules:

  1. Scientifiques et techniques de base et de spécialisation: Représente 60 à 80% du volume horaire global des cinq premiers semestres de la filière.
  2. Management: Représente 10 à 20% du volume horaire global des cinq premiers semestres de la filière.
  3. Langues, Communication et TIC : Représentant 10 à 20% du volume horaire global des cinq premiers semestres de la filière.

Il est aussi utile de souligner que l’accréditation des filières dure 5 années renouvelables après toute évaluation favorable et que leur liste est publiée sur le journal officiel du Royaume.Retour en haut

Accès au Cycle d’Ingénieur

Le cycle d’ingénieur est accessible soit en sa première (BAC+3) ou sa deuxième année (BAC+4).

En première année suite à la réussite d’une de ces trois modalités : Le Concours National Commun (C.N.C) ; les deux années des classes préparatoires intégrées ou des concours d’accès ouverts aux titulaires d’un BAC+2 ou BAC+3 dans la limite des places disponibles.

Tandis que la deuxième année, reste réservée aux seuls titulaires d’au moins un BAC+3 qui ont réussi le concours d’accès organisé selon les prérequis équivalents à la première année de la filière choisie. A ce concours sont convoqués les profils sélectionnés selon les critères d’admission précisés dans le descriptif de la filière demandée. De même que toutes les passerelles de l’enseignement supérieur au Maroc, les places à pourvoir sont aussi limitées par la disponibilité de l’établissement.

devenir ingénieur au Maroc

[1] Un autre article sera dédié aux formations des assimilés aux ingénieurs. Retour en haut

Partager:

1 comment

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée