Articles

Des différences entre les diplômes « Ingénieur » et « Master en ingénierie »

Y’a-t-il une différence entre les diplômes « Ingénieur » et « Master en ingénierie » ?

Que choisir entre les deux? devenir “ingénieur” ou titulaire d’un “Master en ingénierie”? y’a-t-il une différence entre les deux diplômes en terme de formation et de débouchés? Autant de questions qui se posent entre les étudiants, les conseillers pédagogiques et parfois même au sein des établissements de formation et dans le milieu professionnel par les gérants et cadres d’entreprises. Notre équipe vous présente une liste d’éléments qui peuvent vous aider à mieux établir cette différence.

Une confusion créée par le système LMD

Avant l’adoption en 2003 du système « Licence, Master, Doctorat » dit « LMD » par le ministère chargé de l’enseignement supérieur au Maroc, cette question ne se posait jamais. La confusion n’existait absolument pas et ce, pour plusieurs raisons:

Tout d’abord, la licence durait 4 ans et se faisait suivre soit par un Diplôme des Etudes Supérieures et Approfondies dit (DESA) ou un Diplôme des Etudes Supérieures Spécialisées (DESS). Ces deux derniers duraient 2 ans et par conséquent leurs titulaires étaient des (BAC+6). A vrai dire, nos universités ne délivraient pas de masters. On sortait titulaire d’un DEUG (Bac+2), d’une Licence (Bac+4), des DESA ou DESS (BAC+6) et de doctorats (Bac+10).

Autrement dit, les seuls diplômes qui se préparaient en un (BAC+5) au Maroc, étaient les diplômes d’ingénieurs d’Etat.

Deuzio, les seuls masters reconnus sur le plan national avant le démarrage de la réforme des masters en 2006, étaient ceux offerts par les écoles privées marocaines et étrangères. Ils avaient une vocation purement professionnelle. On s’y inscrivait pour acquérir de nouvelles compétences ou pour confirmer des acquis professionnels. Ils offraient un vrai booste des carrières surtout ceux qui s’adossaient de la bonne réputation de leurs structures d’accueil ou qui disposaient d’accréditations internationales comme AACSB, EQUIS, EPAS et AMBA.

Malheureusement, la réforme de 2003 a tout bousculé et a créé une multitude de dysfonctionnements. Preuve, le ministère de tutelle a décidé d’abandonner le système LMD au profit d’un système de BACHLOR à partir de septembre 2020.

En ce qui concerne la formation des ingénieurs au Maroc, est devenu aberrent de voir des étudiants fréquenter le même établissement de l’enseignement supérieur, défiler devant les mêmes professeurs, dans les mêmes amphis et salles pour obtenir à la fin des cursus des diplômes différents.

La réponse portée par les cahiers de normes pédagogiques (CNP)

Chacun des deux cycles dispose d’un cahier de normes pédagogiques qui lui est propre. Nous avons examinés ces deux documents officiels et pu dresser les principales dissemblances :

Au niveau des blocs de modules

Y’a-t-il une différence entre les diplômes « Ingénieur » et « Master en ingénierie » ?

Au niveau des autres composantes de la formation

Désignations Cycle master et master spécialisé Cycle Ingénieur
L’année universitaire 16 semaines d’enseignement et d’évaluation Peut atteindre 18 semaines hors périodes de stages
La Filière –  2 ans,

–  3 semestres

–  Master : Un stage d’initiation à la recherche ou un mémoire

–  Master spécialisé : Un stage en milieu professionnel

–  24 modules y compris les stages ;

–  900 heures dont 720h en présentiel ;

–  3 ans

–  5 semestres + Projet de fin d’études

–  30 à 40 modules sur 5 semestres

–  Projet de fin d’études (PFE)

Le module –  Deux éléments au maximum –  Trois éléments au maximum
Le semestre –  6 modules

–  300h d’enseignement et d’évaluation, dont 240h minimum en présentiel

–  6 à 8 modules

–  Minimum de 384h en présentiel

Stages –  Master : Un stage d’initiation à la recherche ou mémoire à la fin du 4ème Semestre

–  Master Spécialisé : Un stage professionnel à la fin du 4ème Semestre

–  Équivalent à 25% du volume horaire de la filière (6 modules)

–  Deux stages au minimum durant les quatre premiers semestres.

–  La durée minimale, par année, est de 20 jours ouvrables

L’accréditation –  3 ans

–  auto-évaluation annuelle est obligatoirement

–  5 ans

–  auto-évaluation annuelle est obligatoirement

L’évaluation –  Examen écrit de fin de semestre

–  Les contrôles continus sont optionnels

–  Obligatoirement à base de contrôles continue

Concernant l’accès au cycle doctorat

Les ingénieurs lauréats des établissements marocains n’ont pu accéder directement aux formations du cycle doctorat qu’à partir de la publication de l’Arrêté du ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique n° 140.09 du 25 moharrem 1430 (22 janvier 2009) fixant la liste des diplômes nationaux permettant l’accès aux formations de ce cycle. Ils étaient obligés de passer par un DESA.

Du fait, ce n’est qu’à partir de 2009 que les deux diplômes permettent à leurs titulaires de candidater aux centres des études doctorales (CED). Pour le reste, c’est à la commission pédagogique relevant du CED concerné de choisir les profils les plus adéquats à leurs thèmes de recherche (cf. CNP du cycle doctorat).

La réponse portée par le marché de l’emploi

Au niveau de la fonction publique

Les ingénieurs d’Etat et les architectes disposent d’un statut particulier au sein de la fonction publique. Selon les dispositions de l’article 7 dudit statut, ne seront recrutés dans ce grade que les titulaires d’un diplôme d’Ingénieur d’Etat délivré par un des établissements nationaux habilités à le faire ou d’un des diplômes qui lui sont équivalents.

Ainsi, il convient de comprendre qu’en absence d’une décision officielle d’équivalence, les titulaires de masters, même spécialisés en ingénierie, ne portent pas le titre « Ingénieur d’Etat» au sein de l’administration publique. Ils sont recrutés dans le statut des administrateurs qui ne diffère que sensiblement de celui des ingénieurs. Plus exacte, ces deux corps (Ingénieurs et Administrateurs) exercent les mêmes fonctions et évoluent côte-à-côte, abstraction faite de leurs grades au sein des ministères.

Au niveau des établissements et entreprises publics (EEP)

Chacun de ces organismes adopte un système RH propre à lui. Malgré cela, la règle générale est que le recrutement de tous les (BAC+5) se fait dans le même grade. Néanmoins, quelques ingénieurs ont milité pour obtenir un positionnement au moins équivalent à leurs confrères au sein de la fonction publique.

Au niveau du secteur privé

A l’exception de quelques professions libérales organisées (Médecins, Architectes, Notaires, Experts comptables, .. etc), l’évolution des carrières dans le secteur privé au Maroc reste anarchique et ouverte à toutes les éventualités.

A ce constat, les ingénieurs marocains n’échappent guère. Du fait, on ne peut prédire un meilleur sort à leurs collègues, les porteurs d’un master en ingénierie. Les clefs de la réussite dans le secteur privé marocain demeurent la compétence et la force de négociation. Pour tout le reste, il ne servira que d’argument à faire prévaloir en complément.

Partager:

2 comments

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée